investissement

Préparer sa retraite avec le PERP

Épargner fait partie des habitudes des Français, c’est tellement courant qu’on pourrait même dire qu’elle s’intégrer dans la mentalité des gens. Les motivations varient d’un épargnant à l’autre, mais l’idée commune est de pouvoir en tirer avantage. Pour épargner où pour souscrire à différents systèmes et parmi eux on retrouve le PERP. Même s’il est très peu connu du grand public, il connaîtra certainement un très joli succès à l’avenir. Mais alors pourquoi le PERP serait plus avantageux qu’une assurance vie classique me diriez-vous, et quel montant devra être investit ? Question dont nous allons répondre dans cet article, suivez le guide !

Le PERP, idéal pour préparer sa retraite

Comme il a été dit plus haut, le PERP n’est pas un produit connu de tous. D’après une étude seuls 10 % des retraités en possèderaient pendant que 32 % de non-retraités en possèdent ou bien en voudraient. Une allure plutôt timide, mais qui attire tout de même de plus en plus de Français grâce à ces caractéristiques avantageuses.

C’est d’ailleurs dans l’optique de pousser les Français à épargner plus que le PERP a été créé. Mais aujourd’hui seuls ceux qui possèdent un patrimoine de plus de 75 000 euros le connaissent. Cependant au rythme où vont les choses et au vu des progressions (2,2 millions d’actif), il est certain que le PERP rencontrera un fort succès dans quelques années à venir. Ce qui viendra concurrencer directement l’assurance vie qui est pour le moment le système qu’affectionne la majorité des personnes.

Pendant que l’assurance vie propose un avantage fiscal à l’a sortie (pour un contrat de 8 ans, la fiscalité des plus-values est de 7,5 % après un abattement de 9200 euros par couple et 4600 euros pour une personne seule avec ajouté les prélèvements sociaux de 15,5 %), le PERP lui permet un avantage fiscal à l’entrée, renouvelable tous les ans si l’épargnant fait un approvisionnement régulier de son perp. Chaque versement fait sur un PERP nouveau ou ancien viendra remplacer l’impôt sur le revenu dont le plafond en 2014 est de 10 % du revenu professionnel en 2013. Un plafond qui vaut 8 fois celui de la sécurité sociale, c’est-à-dire 29 626 euros. Afin que ceux qui ont un faible revenu puissent en profiter, le plafond est de 10 % de la sécurité sociale, soit 3703 euros sur l’année 2014.

Laissez votre commentaire à propos de cet article

Conseils investissements

  1. 6 Juil. 2019Tout savoir sur la loi Girardin IS : conditions de location et obligations, déclaration1569 vues
  2. 16 Oct. 2017Conseils et explications de la SAS5229 vues
  3. 30 Août 2017Le bio, un investissement sûr1609 vues
  4. 22 Avril 2017Le démembrement d’actions : de quoi s’agit-il ?1859 vues
  5. 25 Mars 2017Les résidences seniors Domitys685 vues
  6. 23 Mars 2017Qu’est-ce qu’un EHPAD ?502 vues
  7. 18 Sept. 2016Choisir les meilleurs taux d’assurances immobilier1921 vues
  8. 20 Août 2016La catégorisation du bien immobilier969 vues
  9. 31 Juil. 2016Les SCPI fiscales peuvent réduire vos impôts985 vues
  10. 25 Juil. 2016Ce qu’il faut connaître sur le Perp661 vues
  11. 18 Avril 2016Réductions d'impôt Madelin : les investissements dans les PME1426 vues
  12. 15 Mars 2016Investir maison de retraite EHPAD, définition et introduction1051 vues
  13. 9 Mars 2016Que représentent les statuts d’une entreprise ?657 vues
  14. 29 Fév. 2016Investir dans les concessions de voiture1096 vues
  15. 17 Fév. 2016Que faire en cas de refus de prêt immobilier ?868 vues
  16. 30 Déc. 2015Investir en résidence étudiante1305 vues
  17. 29 Déc. 2015Conseils pour investir en scpi1396 vues
  18. 20 Déc. 2015Investir dans le restaurant au Pays Basque912 vues
  19. 9 Déc. 2015Achat immobilier en République Dominicaine1000 vues
  20. 18 Mars 2015Pourquoi investir avec la loi pinel à Lille ?1845 vues